Info-Rangement 23

À partir du 2 avril 2019, des modifications importantes aux échelons salariaux entreront en vigueur. Pour connaitre tous les détails, consultez le document de la FNEEQ Info-Rangement 23. Info-Rangement-23Télécharger

Front commun contre la malbouffe

Au Collège Montmorency, la mission éducative passe par la malbouffe
Les étudiantes, les étudiants et le personnel du Collège Montmorency font front commun contre la décision du Conseil d’administration d’ouvrir grande la porte, une seconde fois, à la malbouffe en permettant l’implantation d’un comptoir de la chaîne de restauration rapide Quesada Burritos & Tacos dans les murs de l’institution. Pour le front commun, cette décision va à l’encontre de la mission éducative, de la politique alimentaire et de la responsabilité sociale de l’établissement.
À la demande du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), le Collège a adopté en 2009 une politique visant la promotion de saines habitudes alimentaires. Les fournisseurs de produits alimentaires du Collège doivent s’y conformer. De toute évidence, ce ne sera pas le cas avec Quesada Burritos & Tacos. «En 2015, ils ont transformé un kiosque de sandwichs en comptoir Subway, et là, ils en introduisent un nouveau dont les aliments avoisinent ou dépassent, pour un seul repas, le maximum des besoins nutritionnels quotidiens recommandé par Santé Canada. On ne s’explique pas la décision du Collège de ne pas faire respecter sa propre politique alimentaire» de soutenir Madame Karine L’Écuyer, présidente du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep Montmorency (FNEEQ-CSN) et porte-parole du groupe.
Pour le front commun, il est socialement irresponsable qu’une institution comme le Collège Montmorency fournisse à des jeunes une alimentation contenant trop de lipides, de calories, de sucre et de sel : «Entendons-nous bien. Notre intention n’est pas d’attaquer Quesada Burritos & Tacos et ses produits. Nous plaidons simplement qu’une chaîne de restauration rapide n’a pas sa place dans une institution d’enseignement public» conclut Madame L’Écuyer.
Selon le front commun, la présence de grandes publicités dans le collège, sous les contours du nom d’une bannière d’une chaîne de restauration rapide, constitue une forme exagérée de privatisation des murs d’une institution publique. Les étudiantes, les étudiants et le personnel du Collège invitent la Direction à discuter d’une alternative alimentaire qui rassemblera toute la communauté montmorencienne.»